Sophrologie Toulouse Hypersensibilité – Hyperémotivité

Je comprends les hypersensibles, car moi aussi je suis hypersensible …

Longtemps je n’ai pas su que j’étais Hyper sensible, hyper émotive, une HSP,  highly sensitive people selon la psychothérapeute américaine Elaine N. Aron ( «  Ces gens qui ont peur d’avoir peur. Mieux comprendre l’hypersensibilité  », https://hsperson.com).

Ce trait de  caractère qui n’est pas une pathologie se constitue pendant la vie intra-utérine, se développe dès la naissance.

Son degré d’intensité et son évolution, de l’enfance à l’âge adulte, dépendent en grande partie de l’environnement dans lequel nous grandissons.

Quand j’ai commencé ce long chemin vers moi, je le suis posée cette question «  Mon environnement a-t-il valorisé ou réprimé mon hypersensibilité?  »

Aujourd’hui j’ai la réponse et je sais que mon hypersensibilité est un vrai cadeau de la vie.

HYPERSENSIBILITE : L'APAISER, LA COMPRENDRE ET MIEUX LA VIVRE

Si, depuis toujours, comme moi vous ne supportez ni le bruit ni l’agitation; si vous êtes très susceptible, prenant de plein fouet la moindre remarque désagréable, et si, quand vous entrez dans une pièce, vous savez repérer les zones d’inconfort potentiel, tout laisse à penser que vous faites partie de ces 15% à 20% de la population mondiale.

Etre hypersensible c’est être plus perméable à l’environnement (sensibilité accrue aux stimuli) , c’est aussi avoir peur de décevoir et d’être rejeté, c’est manifester une grande impatience et c’est avoir ce désir d’être aimé coute que coute.

En quête d’harmonie, les hypersensible détestent les conflits et font face à une fragilité identitaire ou la question du sens de la vie est primordiale.

Être hypersensible c’est être en contact permanent avec ses émotions et les vivre de manière intense.

L’hypersensibilité revient à être envahi par des émotions multiples qui impactent notre façon d’être, nos pensées et nos comportements.  Les ressentis et les émotions sont amplifiés et par la même occasion les réactions aussi.

L’hypersensibilité dévoilée par les neurosciences

L’hypersensibilité est le signe d’une   grande réceptivité; Cette sensibilité à l’extrême serait le résultat d’une configuration neuronale particulière.

80% de la population fonctionnerait en se basant sur l’hémisphère gauche du cerveau; ce dernier étant le siège du mental, de la raison et de l’analyse.

L’étude menée à bien par les chercheurs de l’Université de Stony Brook a révélé que les personnes hypersensibles disposent d’un  cerveau émotionnel très mobilisé  et orienté vers l’empathie.

En d’autres termes, les processus cérébraux des personnes hypersensibles se traduisent par une surexcitation dans les zones neuronales relatives aux émotions et à l’interaction.

Les  hypersensibles  sont capables de ressentir les sentiments des personnes qu’elles ont en face d’elles (neurones miroirs).

Les autres ne faisant pas preuve de la même empathie, l’hypersensible perçoit donc un déséquilibre entre sa propre sensibilité et celle des autres et il se considère souvent comme étant différent et en décalage.

Les personnes hypersensibles ont une façon de ressentir et de comprendre le monde qui passe par un système neurosensoriel plus pointu, plus fin.

Une personne sur quatre dans le monde est hypersensible et ce chiffre croit tous les jours.

Cette capacité à sur-réagir implique un système de protection qui se tisse comme une barrière  : plus timides, plus anxieuses, plus de phobies sociales, la personne hypersensible pourra aussi souffrir d’une faible estime de soi-même.

Inutile d’essayer de refouler l’hypersensibilité. Elle finira par refaire surface.

il ne faut ni dominer ni subir ses émotions: il faut d’abord s’autoriser à les vivre. La plus grave erreur serait de considérer l’hypersensibilité comme une pathologie qu’il faut soigner.

En revanche, on peut apprendre à gérer certaines réactions, telles que le stress et l’anxiété.

La sophrologie pour apprendre à s’accepter, à se comprendre, pour apprivoiser son hypersensibilité.

La Sophrologie va permettre d’évacuer le stress ou l’anxiété mais aussi de se construire une bulle de protection, à l’abri de toute pollution émotionnelle et psychologique.

En tant que technique psychocorporelle, la Sophrologie par ces exercices dynamiques mais aussi certains exercices basés sur la visualisation mentale, permet d’éliminer   les tensions   musculaires du corps liés aux émotions négatives. La relaxation   que procure la sophrologie enclenche un vrai travail préalable à la compréhension de son hypersensibilité.

Ce travail permet d’accueillir ses émotions sans jugement et avec bienveillance pour apprendre à prendre de la distance et à relativiser pour un meilleur bien-être.

La sophrologie est basée sur le ressenti, mais uniquement le ressenti positif.

L’idée, ici, est de se focaliser sur le positif afin de renforcer les structures positives que nous avons tous en nous.

Cette répétition de positif au quotidien permet de développer des habitudes bénéfiques  :

#1_porter son attention sur sa respiration.

La sensation de l’air qui traverse les narines, en gonflant l’abdomen ce qui étire le muscle du diaphragme et stimule le système nerveux parasympathique (le système de la relaxation). Ainsi en respirant de cette manière on stimule le nerf pneumogastrique (le nerf vague) qui remonte jusqu’au cerveau et envoie le message de stopper les hormones du stress.

#2_Canaliser son énergie sur des pensées utiles plutôt qu’inutiles qui génèrent des souffrances, des angoisses et du stress.

Les pensées utiles permettent à la créativité d’apparaître, de s’exprimer et de faire l’inventaire des pistes d’actions possibles pour sortir d’une situation difficile, complexe.

#3_Ramener vers le réel là où on peut construire et passer à l’action.

#4_Réharmoniser ses émotions afin de les vivre plus sereinement.

Avec la sophrologie, j’ai appris à déconstruire les préjugés et à sortir l’hypersensibilité de la case «  symptôme  » ou «  maladie  ». La sensibilité  est le propre de l’âme humaine., je ne me sens plus en décalage, j’ai accepté cette belle différence et si encore aujourd’hui elle est vue comme excessive, ce n’est qu’à travers les yeux de la personne qui me regarde.

Je sais que je marche sur un fil et si parfois j’ai encore peur de tomber, je peux m’appuyer sur mon empathie, mon originalité créative, mon envie de faire plaisir aux autres, mon enthousiasme et mon intuition.

En apprenant à prendre du recul avec moi-même, d’arrêter de tout contrôler mentalement, mon hypersensibilité me rend heureuse. Avec elle, je vis et je suis dans l’ici et maintenant sans me laisser envahir par les débordements émotionnels.

La vivance de la sophrologie m’a autorisée à développer mon hypersensibilité et à me sentir pleinement vivante.

Découvrez également hypnose enfants-adolescents hypersensible 

Prendre RDV en ligne