Les garçons ne pleurent pas ?

les garçons ne pleurent pas : photo d’un jeune garçon qui pleure

Les garçons ne pleurent pas ?

Dans notre société, il est parfois obligatoire d’expliquer pourquoi les hommes ont le droit d’exprimer leurs émotions et de pleurer librement. “Les garçons ne pleurent pas”, “sois courageux”, “sois fort”, toutes ces phrases sont des injonctions parentales qui apprennent aux jeunes garçons à taire leurs sentiments. 

Les injonctions durant l’enfance 

 

L’enfant se conditionne, refoule ses émotions et ses larmes pour éviter les moqueries et ne pas décevoir ses parents. 

Les pleurs sont trop souvent associés à la vulnérabilité et dissociés de la masculinité. Un vrai homme ne montre alors pas ses faiblesses, peu importe les épreuves de la vie qu’il endure et les sentiments qu’il éprouve. 

Les enfants sont plus émotifs que les adultes. Avant même d’apprendre à parler, ils ont un grand besoin d’exprimer leurs émotions afin d’être compris par les adultes. C’est pour cela qu’il est nécessaire d’apprendre à son bambin de ne pas contenir ses sentiments. Afin d’aider votre garçon, vous pouvez l’aider à apprendre à ressentir toutes les émotions, allant de la joie à la tristesse. 

En effet, notre empathie et notre sensibilité est ce qui nous rend humain. Les larmes sont une réaction tout à fait normal suite à de la tristesse ou de l’agacement. Elles permettent d’exprimer plusieurs sortes d’émotions dont : la honte, la culpabilité, la douleur, la compassion et même la joie. 

Lorsqu’un parent prive un jeune garçon de pleurer, il l’empêche de mûrir émotionnellement une fois adulte. “Ce sont les filles qui pleurent”, cette phrase est souvent renforcée par les camarades de classe, les proches ou les clichés sportifs. Une fille doit alors être gracieuse, aimer le rose, être belle, tandis que le garçon doit encaisser les coups, savoir se battre et être fort. 

Il semblerait que le moment soit venu pour abandonner complètement ces stéréotypes. 

Les garçons ne pleurent pas… mais les hommes si 

les garçons ne pleurent pas : ado anxieux
les garçons ne pleurent pas : ado anxieux

Ces normes sociétales pèsent sur les hommes qui leur interdisent d’être vulnérables, et sur les femmes qui ne comprennent pas les émotions des hommes. Leurs sentiments sont sans cesse remis en question. 

Par peur d’être jugé ou tout simplement parce qu’ils ne savent pas vraiment eux-mêmes ce qu’ils ressentent, les hommes ont du mal à exprimer ce qu’ils ont sur le coeur. 

L’attitude de notre société selon laquelle les garçons ne pleurent pas à fait diminuer de presque la moitié le niveau de notre empathie, au cours de ces trois dernières décennies. 

Il en devient presque difficile de croire que les hommes et les femmes ressentent les mêmes émotions et font face à des problématiques similaires. 

Cependant, les hommes une fois adulte se sentent obligés de cacher leur anxiété derrière un visage passif-agressif constitué de colère et de sarcasme. Alors que les larmes permettent justement de soulager ce stress et de se libérer. Si l’on se prive de pleurer, le corps trouve d’autres moyens d’évacuer les sentiments négatifs, notamment par de la colère ou de l’indifférence si les émotions sont refoulées. Dans ce cas, c’est alors l’entourage de l’homme qui souffrira de réactions inappropriées. 

Retenir ses larmes : les effets néfastes 

Le fait que les garçons ne pleurent pas et de mépriser ces sentiments est une façon de se protéger et donc se de renfermer sur soi-même. Le cerveau des garçons vont alors considérer ces émotions comme indésirables. C’est ce que l’on appelle l’alexithymie, ou plus couramment l’inhibition émotionnelle. L’individu peut alors oublier comment pleurer. Ce trouble génère plusieurs conséquences dont l’apathie, le sentiment d’accablement, la réticence à échanger avec ses proches et même la dépression. Les personnes qui connaissent cet état psychologique ont des difficultés à construire une relation amoureuse et à avoir des amis proches. En effet, un individu qui garde toutes ses émotions aura du mal à comprendre celles d’autrui. 

S’interdire de ressentir des émotions fortes entraîne des problèmes au niveau psycho-émotionnel mais également sur la santé physique. Le fait de se libérer par les larmes permet de protéger le coeur, baisser la tension et réduire le risque de cancer. Un état de stress ou d’anxiété constant peut comporter des risques importants. Les crises cardiaques par exemple touchent plus souvent les hommes entre 40 et 50 ans que les femmes. Il en va de même pour l’espérance de vie globale, celle des hommes est plus faible que celle des femmes. 

Comment normaliser les émotions avec votre enfant ? 

Afin d’aider votre jeune garçon à ressentir ses émotions voici quelques conseils : Dès son plus jeune âge, il est important de discuter avec lui des émotions qu’il peut ressentir et qu’il n’y a pas de sentiment inadéquat. L’enfant doit pouvoir compter sur vous à tout moment, l’opinion des autres aura alors un impact moins important sur lui. Montrer à votre garçon qu’il ne faut pas avoir peur d’être sensible et de pleurer : que c’est une réaction normale. Lui lire des livres ou des histoires à voix hautes permet de mettre plus d’émotions. Cela aidera alors votre enfant à apprendre l’empathie. 

La société actuelle se modernise et détruit petit à petit les stéréotypes que les hommes étaient obligés de suivre. La neutralité des genres est une tendance qui permet aux hommes de se montrer tels qu’ils sont vraiment, y compris leur moment de faiblesse et de vulnérabilité. Chaque individu doit avoir la liberté d’être comme il le souhaite. 

C’est à nous, parents, d’éduquer autrement nos jeunes garçons afin de les aider dans leur vie adulte. La transmission de valeurs humaines, le respect et la tolérance envers les autres leur permettra d’être bien dans leur peau, à l’aise avec les autres et avec leurs propres besoins. 

L’hypnose peut libérer les adolescents et les hommes adultes de ces apprentissages. Cette méthode va permettre à l’individu de mieux comprendre ses émotions, de les appréhender et de savoir quel message elles veulent lui faire passer. Ainsi, l’hypnose permet de prendre du recul par rapport à certaines situations en changeant le regard sur nos agissements et sur notre environnement. Les émotions pourront alors être libérées et mieux gérer pour agir en cohérence avec l’environnement qui entoure l’individu. 

Ainsi, l’équilibre émotionnel sera alors retrouvé et le jeune homme pourra prendre sa place au sein de la société actuelle.

 

Partagez sur les réseaux sociaux !

A propos de l'auteur
Articles associés
mon enfant ne dort pas : petite fille qui ne veut pas dormir

Mon enfant ne dort pas : pourquoi ?

“Pourquoi mon enfant ne dort pas ?” C’est une question qui revient souvent auprès des parents d’enfants en bas âge. Rituels du coucher à rallonge, réveils nocturnes, cauchemars réguliers, pleurs… Avant l’âge de 4 ans, huit enfants sur dix rencontrent des difficultés liées au sommeil. Et lorsque l’enfant ne...

Lire la suite
"Dys" enfant Toulouse : Quelles solutions ?

« Dys » enfant Toulouse : Quelles solutions ?

DYS – Troubles cognitifs spécifiques On regroupe sous “troubles Dys” les troubles cognitifs spécifiques et les troubles des apprentissages qu’ils induisent. Les troubles cognitifs spécifiques apparaissent au cours du développement de l’enfant, avant ou lors des premiers apprentissages, et persistent à l’âge adulte. Ils ont des répercussions sur la vie scolaire,...

Lire la suite

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus
shares
Prendre RDV en ligne