Difficultés relationnelles enfants / parents – comment communiquer plus sereinement ?

difficulté relationnelle enfant

Difficultés relationnelles enfants / parents – comment communiquer plus sereinement ?

Quand vient l’heure des devoirs, du repas, du brossage de dent, c’est l’horreur pour votre enfant et vous-même, tant de situations du quotidien qui peuvent paraître anodines mais où se jouent en réalité de véritables enjeux pour l’éducation. En tant que parent, nous sommes s’en arrêt à nous poser les mêmes questions, “ ai-je été trop dur, ai-je été trop gentil ?” Que mon enfant va-t-il devenir si je suis trop laxiste? Que mon enfant va-t-il devenir si je suis trop stricte ?” Tout ce jeu d’équilibriste en éducation peut-être fatiguant….Dans cet article, je vous donne quelques clés qui pourront, je l’espère, vous aider à communiquer plus sereinement avec vos ou votre enfant. 

1er clé : Ne vous jugez pas / Ne jugez pas votre enfant 

Plus facile à dire qu’à faire, j’entends, mais pour communiquer sereinement, on doit déjà comprendre quels mécanismes nous animent et pourquoi est-ce que la situation nous met dans une position difficile. Un enfant qui fait une crise parce qu’il ne veut pas se doucher ou mettre son manteau, c’est plutôt commun, mais votre réaction, vos besoins, c’est à vous de prendre du recul et de vous demandez ce que cela vous fait et pourquoi cette fois-ci c’est trop. Ce que votre enfant ressent et ce que vous ressentez, vous en avez le droit, mais vous devez l’exprimer le plus objectivement possible, partagez votre émotion est sain pour votre enfant si vous lui en expliquez les raisons cela l’aidera à faire de même. Dites pourquoi vous êtes en colère, pourquoi vous êtes triste, pourquoi vous ressentez de la joie, cela montrera à votre enfant que vous avez des besoins et des demandes et qu’il peut lui aussi en avoir. 

Lorsqu’on part d’un postulat, d’une idée préconçue pour accueillir les émotions de l’enfant, cela empêche le dialogue de s’ouvrir, on se ferme des portes en s’imaginant que l’enfant fait un caprice, qu’il n’est pas obéissant, qu’il n’est pas propre, nous devons donc faire un pas de côté et nous débarrasser des boîtes dans lesquelles nous rangeons tous nos jugements envers nos enfants mais aussi envers nous même.  

2ème clé : Accueillir / recevoir l’émotion 

L’émotion est une réaction qui parle à notre corps pour nous faire réagir, quelque chose doit susciter notre intérêt et doit prendre le temps d’être regardé. Lorsque votre enfant témoigne des signes de colère, de tristesse, de joie, de sérénité, de peur, vous devez lui montrer l’intérêt de ressentir celles-ci pour apprendre à se connaître et comprendre ses propres mécanismes. C’est quand l’enfant exprime ses émotions qu’il montre le plus sa singularité, il y a donc beaucoup de matières à discuter et à échanger lorsqu’une émotion s’exprime. Dire à son enfant qu’il n’est pas beau quand il se met en colère, ou encore lui dire qu’il est méchant parce qu’il ne brosse pas les dents ne sont pas des réponses à ses émotions, c’est au contraire l’inciter à les enfouir tout au fond de lui, ce qui ne fera qu’augmenter les crises et les frustrations. Une solution intéressante lorsqu’un enfant est en colère, triste ou apeuré est de lui proposer de mettre en mot son besoin et le vôtre. Lorsque l’enfant est très petit, c’est un exercice difficile, il faut donc encourager à chaque fois la démarche et la répéter, et surtout vous l’appliquer à vous même, vous êtes en colère ? Énoncer des faits, votre ressenti, vos besoins et ouvrez le dialogue pour trouver une solution. 

3eme clé : Comprendre et vous adapter 

Un enfant nécessite beaucoup de patience et d’attention afin qu’il puisse s’épanouir pleinement et se sentir aimé, vous devez donc essayer de comprendre à quel moment surviennent les crises d’angoisse, de colère et pourquoi ? Est-ce un excès de fatigue, de la faim, un manque d’attention, un sentiment d’impuissance ou d’injustice ? Parce que vous avez vous aussi vos propres émotions, votre propre vécue et vos besoins, il est normal de constater des difficultés relationnels lorsque vos besoins et ceux de l’enfant ne vont pas dans la même direction, cela ne veut pas dire que vous éduquez mal votre enfant, cela veut juste dire qu’il est un être à part entière. Pour aider vos enfants et vous même dans le quotidien, j’ai choisi de proposer la sophrologie dès le plus jeune âge pour aider les personnes à distinguer, comprendre et vivre avec leur émotion, des exercices de respiration, de visualisation afin de comprendre nos mécanismes internes et faciliter la relation à l’autre. Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à prendre rendez-vous d’hypnothérapie ou sophrologie à mon cabinet à Castelmaurou. 

 

Partagez sur les réseaux sociaux !

A propos de l'auteur
Articles associés
Sophrologie enfant, comment bien vivre avec l’hypersensibilité ?

Sophrologie enfant, Comment bien vivre avec l’hypersensibilité ?

On se retrouve aujourd’hui pour parler d’un sujet que je rencontre quotidiennement dans mon cabinet, l’hypersensibilité. Cette nature observatrice touche presque 30% de la population (Europe 1) et pourtant, peu d’entre nous sont conscients de cette hyper attention cognitive et émotionnelle. J’aimerai vous parler de ce qui caractérise mes...

Lire la suite
enfant qui pleure, rentrée scolaire, trouble du sommeil et hypersensibilité au rendez-vous

La rentrée scolaire, trouble du sommeil et hypersensibilité au rendez-vous

Depuis la rentrée scolaire, les consultations concernant les troubles du sommeil et l’hypersensibilité battent leur plein dans mon cabinet d’hypnothérapeute à Toulouse. L’école, le collège sont parfois des sources d’angoisses pour nos enfants et nos adolescents pouvant créer plusieurs troubles dont l’insomnie. Découvrons ensemble, comment l’hypnose ou encore...

Lire la suite
shares
Prendre RDV en ligne